Week-end dans la Drôme Provençale : spécialités culinaires et savoir-faire

Vous connaissez la Drôme ? C’est vrai que pour certaines personnes, ce département se résume à Montélimar, son fameux nougat, ou aux champs de lavande… Mais pour nous, il s’agissait d’un département très riche qu’il nous tardait de découvrir… La faute à notre amie Alexandra (du blog Itinera Magica), qui en est originaire et qui nous peignait une belle région vallonnée, au mille et une saveurs et couleurs. Des champs de lavande oui, mais aussi des villages perchés, de la pierre, des reliefs de verdure, plein de spécialités locales et de savoir-faire divers. Oui, c’est tout cela que l’on a découvert pendant notre week-end dans la Drôme provençale. On vous emmène ?

✤✤✤

La Drôme provençale

Point géographique

La Drôme est un département situé dans le quart sud-est de la France, faisant partie de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Sa préfecture est Valence, mais elle compte plusieurs villes importantes comme Montélimar par exemple.  

La Drôme provençale est quant à elle une région touristique qui occupe un tiers du département drômois. Ce nom lui a été donné vers 1980, en raison de sa proximité géographique avec la Provence voisine (Vaucluse + Haute-Provence), et ses attraits touristiques. 

C’était notre première fois dans le département, dans la région, mais aussi en Provence !!! Nous rêvions depuis un moment de découvrir cette douceur du sud, et nous avons été servis ! 

Notre itinéraire

Au programme de notre week-end, une boucle de 3 jours dans la Drôme provençale : 

J1 – Autour de Dieulefit : arrivés à Montélimar, nous avons pris des vélos à Marsanne pour la journée, direction Dieulefit en passant par Cléon d’Andran, Souspierre et Poët-Laval. Nuit à Dieulefit. 
J2- Journée à Nyons et alentours : balade en 2CV et Dyane entre Mirabel-aux-Baronnies avant de faire plusieurs visites à Nyons. Nous avons ensuite passé la soirée et la nuit à Suze-la-Rousse.
J3- Matinée et déjeuné “autour de la truffe” : avec la visite d’une pépinière et un atelier cuisine. Dans l’après-midi, nous avons visité la distillerie d’Eyguebelle et le château de Grignan, avant de rentrer sur Montélimar.

 

Week-end dans la Drôme : que faire et que voir ?

En réalité, la liste est tellement longue ! Petits villages perchés, églises, plus beaux villages de France, châteaux, savoir-faire, art, randonnées, vélos, sorties atypiques, ou encore spécialités culinaires locales… Il y en a pour tous les goûts, que vous soyez amoureux de patrimoine architectural, gourmands, sportifs… ou tout ça à la fois !  

Savoir-faire et artisanats

En Drôme provençale, on compte de très nombreux savoir-faire (autre que culinaires, ceux-là on en parle un peu plus bas). Nous avons découvert des techniques dont nous n’avions jamais entendu parler, et qui nous ont tous laissé bouche-bée.

La poterie Raku

Dans un coin de la Drôme provençale, on retrouve un territoire de…potiers et de céramistes ! Avec plus de 40 ateliers, c’est une vraie palette de talents que l’on retrouve ici. Nous avons rencontré Barbara, qui après divers voyages partout dans le monde a choisi la technique japonaise de Raku pour sa céramique. En résumé, après la cuisson, elle sort les pièces une à une qu’elle va immerger sous des copeaux de bois, de la paille… pour faire ressortir l’email des pièces. C’est très impressionnant ! L’atelier Rouby-Weibel propose des stages pour tous les niveaux ainsi que des démonstrations, toutes les infos sur leur site.

 

La Scourtinerie 

Avant ce voyage, je n’avais jamais entendu ce mot ! Fondée en 1882, la scourtinerie est la dernière manufacture de scourtins de Provence. Vous êtes vachement plus avancés n’est ce pas ? 🙂 Un scourtin est une sorte de tissu très épais fabriqué en fibre de noix de coco. Initialement, l’entreprise fabriquait ces scourtins comme filtres utilisés dans les presses à huiles d’olive ou à vin. Elle s’est ensuite diversifiée en créant aussi des tapis provençaux. Au rez-de-chaussée, on découvre le musée retraçant l’histoire familiale de l’entreprise. A l’étage, les machines tournent….depuis 1800 pour certaines ! Nous avons même le droit à une petite démonstration, et en 30 minutes, voilà un tapis de fabriqué ! Plus d’informations sur le site.

 

La Distillerie Bleu Provence

Evidemment qui dit champs de lavande, dit distillerie dans les parages ! Nous avons ainsi pu découvrir le processus de distillerie des huiles essentiels et des alcoolats chez Bleu Provence. Il s’agit de l’un des plus gros acteurs de la région, qui travaille avec des marques mondialement connues. Si la lavande représente une grosse partie des produits, ici on travaille aussi sur le géranium ou d’autres fleurs et feuilles. L’été, des visites guidées et des ateliers sont organisés, parfait pour en savoir plus. Ne manquez pas non plus de goûter à la spécialité de la maison… La glace à… la lavande, bien sûr ! Toutes les informations sur le site de la distillerie.

 

Villages perchés et plus beaux villages de France

L’un des attraits de la région, sont ces nombreux villages perchés en pierre, et ceux classés “plus beaux villages de France”. On a adoré les traverser à vélo, s’y balader, et nous aurions clairement pu y passer plus de temps ! Ne manquez pas Poêt Laval, Grignan ou encore Nyons et son magnifique pont !

 

Les châteaux de la Drôme

Il n’y a que 3 châteaux dans la Drôme provençale, et nous avons eu de la chance, nous les avons tous vu !

Le Château de Grignan se visite mais le temps nous a manquer. En revanche, nous avons quand même pu profiter de la magnifique vue des alentours qu’il offre !

Le château de Suze La Rousse qui accueille l’université du vin nous a reçu le temps d’un atelier d’œnologie dont on vous parle un peu plus.

Et pour terminer, le château de Montélimar aussi appelé château des Adhémar accueille quant à lui des expositions temporaires. Pour nous ça sera art contemporain très sympa, et vue sur la ville.

 

La Drôme à vélo

A Marsanne, vous pouvez louer des vélos à assistance électrique pour parcourir les alentours. Villages, champs de lavande, reliefs, pauses gourmandes et artisanales ont ponctué notre route. Au programme, 30 km pour rejoindre Dieulefit, en passant par l’atelier de poterie Raku, une brasserie, des villages, ou pour un déjeuner aux saveurs drômoises ! 

 

Balade insolite

L’un de nos moments préférés : notre balade en 2CV et en Dyane ! Karl et Corinne nous ont embarqués aux alentours de Nyons pour découvrir les vignes du vinsobre et la région des Barronies. Karl, béret, et deudeuche rouge embarque les garçons, et Daisy, la Dyane de Corinne (Coco pour les intimes), accueille les filles ! Tous les deux sont passionnant et surtout ils savent partager leur passion pour la région. Karl, de 2cv’Olive, est l’historien, et Corinne, de Youpi Tours, très forte en œnologie (entre autres bien sûr) ! 

 

La cerise sur le gâteau ? Notre pique-nique / apéro perché sur l’oratoire du Calvaire organisé par Corinne. Parfait pour compléter notre balade insolite, ce repas 100% Drômois sur les hauteurs de Mirabel-aux-Baronnies. Si jusqu’ici, le site était interdit d’accès, vous pouvez aujourd’hui vous aussi y grimper et profiter d’un belvédère à 360° sur toute la région. 

 

Spécialités culinaires locales

Qu’est ce qu’on s’est régalé pendant ce weekend !! Truffe, vin, charcuterie, fromages, apéro/pique-nique de folie, bonnes adresses… J’aurai très bien pu écrire un article spécialement dédié aux spécialités Drômoises ! 

La truffe

Les pépinières et la culture de la truffe

J’adoooooore la truffe ? Et vous ? D’ailleurs sur ma bucket list, je prévois de passer un week-end spéciale truffe dans le coin un jour ! 🙂 Nous n’étions pas dans la Drôme provençale pendant la saison de la truffe, mais il était impossible de passer à côté de cet or noir, l’un des produits locaux phares. 

Pour en savoir plus, nous avons rencontré Christian, producteur de plans, pour un atelier découverte dans son laboratoire. On découvre les pépinières bien entendu, mais nous iront aussi faire un tour dans une des parcelles de chênes truffiers que Christian possède. Il nous explique tout le processus de production de la truffe, le cycle de vie, mais aussi le but de la pépinière. On regrette que ça ne soit pas la saison et qu’on ne puisse pas assister au cavage des chiens… Avant de partir nous goûtons tout de même un peu de truffe… et on se régale ! Toutes les infos sur la pépinière de Christian ici.

 

Atelier culinaire autour de la truffe

Pour compléter cette matinée, direction le restaurant du chef Nicolas Pailhes, l’Escapade à Richerenches pour un… atelier cuisine autour de la truffe! Le restaurant est privatisé, nous avons le chef rien que pour nous ! Quel moment privilégié ! Au menu, raviole et brouillade aux truffes…. Quel régal !! Au début nous sommes comme des groupies face au chef en action. Puis, vient le moment très pédagogue, le chef est patient : chacun de nous fera sa propre raviole !  Clairement une rencontre inestimable qu’il est difficile de retranscrire en un petit paragraphe… Mais je peux vous dire que l’on aurait pu rester là toute l’après-midi à discuter et cuisiner… si nous n’avions pas notre train à prendre !

 

Le vin

La Drôme provençale est aussi une terre de vin bien entendu ! Après avoir dégusté différents vins de la région lors de nos repas, après avoir parcouru les vignes à bord de nos bolides…. Nous avons complété notre découverte par un atelier œnologique pour “débutant” à l’Université du vin à Suze la Rousse. Nous avons appris à goûter le vin rouge, le vin blanc, mais surtout nous avons appris à mettre des mots sur les différentes textures et saveurs ressenties. Un moment encore une fois très privilégié puisque c’est avec la directrice que nous avons échangé pendant cet atelier. Découvrez toutes les formations sur le site de l’Université du vin

 

Bières et brasseries

La région compte également quelques brasseurs, et c’est à la Vieille Mule que nous avons fait une halte. Cette brasserie artisanale fabrique des bières bios, à l’eau de source du coin et au malt local ! Plus d’une dizaine de boissons, toutes aux saveurs bien prononcées crées par Cynthia et Rémi. Le couple teste d’ailleurs des “recettes” comme la bière mis en fût de rhum… Et des tonneaux de Porto venaient tout juste d’arriver pour une prochaine recette! Après nous avoir expliqué le processus de fabrication, nous passons à la dégustation ! D’ailleurs, l’endroit possède une immense terrasse super accueillante, où l’on se verrait bien passer nos soirées d’été. 

En face, le fournil des Comètes, une boulangerie où acheter un petit casse-croûte qui accompagnera parfaitement votre bière !

 

La pogne

Nous avons aussi découvert l’une des spécialités sucrée locale : la pogne ! C’est à Croc Déli Drôme, à Cléon, que nous sommes accueillis par Patrick Jouves pour nous parler de cette “brioche” locale. Après quelques explications, il met la main à la pâte devant nous, et enfourne même quelques pognes déjà prêtes. Voir les pâtisseries et les gâteaux monter dans le four fait partie de mes spectacles préférés, et j’ai été servie ! Après tout cela, nous avons bien entendu goûté la fameuse pogne : moelleuse à souhait et parfumé juste ce qu’il faut, on s’est régalé !

 

La Distillerie d’Eyguebelle

Pendant la visite de la Distillerie d’Eyguebelle, on découvre l’histoire fascinante de ces moines qui ont décidé de créer liqueurs et sirop de plantes il y a 100 ans. Aujourd’hui l’entreprise a beaucoup changé, mais les recettes sont toujours les mêmes ! Le secret du succès ? Des produits de qualités : fruits, plantes et herbes locales, et sucre ! La visite se termine par une dégustation, avec des dizaines et des dizaines de boissons au choix… Fraise, menthe, citron, tous les goûts traditionnels sont là, mais on retrouve surtout des recettes étonnantes : cactus, châtaigne, nougat de Montélimar….

 

Le nougat

Nous n’avons malheureusement pas pu visiter de fabrique de nougat, la spécialité de Montélimar ! Mais comme il s’agit d’un incontournable selon nous, on était obligé de vous le mentionner ! Mais ne vous inquiétez pas, on en a quand même ramené pour en manger à la maison ! 

 

Week-end dans la Drôme : le coin pratique

Où dormir ?

Nous avons testé deux hébergements différents pendant ce weekend : 

➺ A Dieulefit, nous avons découvert le domaine Provençale, un camping atypique ! Evidemment on trouve ici des places pour vos camping-cars, mais on trouve surtout plusieurs hébergements insolites. Yourtes, roulottes (que l’on avait déjà testé), tipis, mais aussi cabanes en bois prestige… Le domaine se refait une beauté en fin d’année, pour accueillir plus de logements de “luxe” et avoir une gamme plus large à proposer aux clients. Ainsi il y en aura pour tous les goûts : camping classique, glamping et hébergements insolites !  Ce qu’on regrette, c’est qu’il n’y aura plus de yourte, celui que nous avons testé ! 

 

➺ A Suze-La-Rousse, nous avons dormis à l’hôtel-restaurant La Bastide St Bach, face au mont Ventoux. On a apprécié le confort de la chambre, après avoir dormi dans un logement insolite la veille : baignoire, grand lit, petite terrasse car notre chambre était au rez-de-chaussée. Ce qui appréciable également, c’est le restaurant sur place, pas besoin de faire des kilomètres pour dîner. En revanche, il s’agit d’un menu unique. 

 

Où manger ?

➺ Comme vous avez déjà pu le comprendre, on s’est RÉGALÉS pendant ce week-end dans la Drôme Provençale. Voici nos adresses testées : 

Les pique-niques perchés de Coco, qui vont de pair avec ses excursions en Dyane. On vous recommande tellement de passer par elle pour l’une de vos journées dans la Drôme, que l’on était obligé de vous parler de la formule repas qu’elle propose ! Elle nous a concocté LE déjeuner parfait, avec produits locaux uniquement : vins, pains, fromages, olives, ou encore de la caillette, on s’est régalé!

L’Escapade – bon c’est vrai que notre expérience est un peu particulière car nous avons cuisiné avec le chef… Mais tout était tellement bon. Pour un repas autour de la truffe, n’hésitez pas à venir ici ! 

Le Moineaux Rouge – de l’entrée au dessert, on a été surpris par les goûts et les associations, comme avec cette mousse sucrée au potiron. La décoration nous a aussi beaucoup plus, et nous a rappelés un peu celle des estaminets du Nord de la France

Le restaurant de notre hôtel La Bastide St Bach – c’était bon, mais on regrette un peu qu’il n’y ait qu’un seul menu. 

A la distillerie Bleue Lavande, vous pouvez déguster des glaces aux goûts insolites, comme lavande, thym ou romarin, parfait pour rester dans le thème de la Provence.

 

Se déplacer

Dans le cadre de ce blogtrip, nous étions en voiture, ce que l’on vous recommande. Mais même si vous ne l’êtes pas, vous pouvez faire appel à Corine de Coco-Youpi tours ou à Karl de 2CV Olive. Ils proposent tous les deux des balades en voiture insolite, et Corine propose aussi des transports en van. 

✤✤✤

C’est simple. Nous avons ADORE notre week-end dans la Drôme provençale. Nous avons l’impression d’y avoir passé 1 semaine tellement nous avons fait et vu de choses, mais nous pourrions y retourner encore et encore… La prochaine fois, nous irons voir les champs de lavande en fleurs, ou bien, nous irons en janvier pendant la pleine saison de la truffe ! Une chose est sûre, nous reviendrons !

Un immense merci à la Drôme Provençale, à Drôme tourisme et tous leurs partenaires pour ce weekend de folie, ces belles rencontres et ces beaux échanges. 

drome provençale

6 Commentaires

  • Merci pour ce bel article sur ma région adorée ! Absolument magnifique et tellement riche… merci d’avoir montré toutes ces facettes gourmandes, créatives, poétiques du département 🙂 tu reviens quand tu veux pour le nougat, les truffes, les crocodiles… encore plein de choses à te faire découvrir !!

    Alors je me permets (chauvinisme oblige hein) la petite précision obligatoire sur le vocable “Drôme provençale” : en fait, ça n’est pas qu’une dénomination touristique, cela correspond à une réalité historique. Si la Drôme avait dans son ensemble été rattachée à la province du Dauphiné, des enclaves au sud du département (notamment Grignan et Nyons, pour ne citer que les plus connues, mais il y a près d’une centaine de villages concernés) avaient obtenu le droit de rester rattachés à la Provence pour des raisons religieuses et politiques : les familles aristocratiques étaient provençales (par exemple les Adhémar, grande famille noble provençale, qui s’était alliée avec plusieurs autres familles du sud, notamment les Castellane), le clergé était rattaché au diocèse d’Arles… A cela s’ajoute l’aspect culturel : dans les Baronnies notamment, on parlait vraiment le provençal et non les parlers dauphinois (qu’on retrouve plus au nord en Isère), on a parlé provençal en langue quotidienne autour de Buis les Baronnies jusqu’à la seconde guerre mondiale. Il y avait donc des enclaves provençales “officielles” dans le Dauphiné. Aujourd’hui, on a étendu pour des raisons touristiques cette zone, par exemple ma ville d’enfance, Donzère, est aujourd’hui située en Drôme provençale, mais ça n’était historiquement pas le cas (idem pour Montélimar, qui est aujourd’hui considérée comme porte de la Provence). En revanche, pour Nyons, Grignan, Buis, Rémuzat et beaucoup d’autres, c’est incontestable 🙂

    • Merci à toi pour toutes ces précisions ! Je comprends mieux, et cela aidera les lecteurs à en savoir plus !
      J’ai tellement envie de revenir pour la truffe, le nougat, la lavande ! Il faut se prévoir ça ! Et il y a quoi avec les crocodiles ? Je n’en ai pas entendu parlé !

    • Oh oui ça te plairait énormément c’est sur ! On a adoré et nous avons hâte d’y retourner ! Pour la lavande, la truffe, en apprendre plus sur le nougat…

  • Merci beaucoup pour cet article qui done envie!
    Nous prévoyons d’y aller cet été pour deux ou trois semaines et on aimerait louer une maison mais on se demande où devrions nous chercher, de quel côté, etc… toute aide est la bienvenue!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *